Publicité - Pour consulter le média sans publicité, inscrivez-vous





Publicité



Bob Marley : le dernier prophète à la Saatchi Gallery

Bob Marley : le dernier prophète à la Saatchi Gallery

La galerie d’art contemporain la plus trendy de Londres vous entraine au cœur du monde rasta de celui qui a fait monter la musique reggae sur la scène mondiale.

Francine Joyce
Membres Public

Depuis quelques semaines déjà, l’immense sourire de Bob Marley irradie les bannières de la Saatchi Gallery à quelques centaines de mètres de sa propriété de Chelsea sur Oakley Street où il a vécu avec son groupe the  Wailers.

Londres rend ainsi un hommage artistique vibrant à celui qui, sous son bonnet tricoté et ses dreadlocks est devenu l’emblème de la Jamaïque et le symbole de son ïle ! Bob Marley considérait Londres comme « sa deuxième maison ». L’exposition que lui consacre la Saatchi Gallery est une immersion de 400 m2 dans l’univers ambivalent de ce musicien révolutionnaire. Un chanteur qui toute sa vie a prôné à la fois la rébellion et la non-violence. Ses messages restent aujourd’hui bien vivants dans la mémoire de ses fans et de leurs descendants. En 2022, il devance largement Che Guevarra au hit-parade des ventes de t-shirts et de posters à messages contestataires !

L’exposition foisonne de souvenirs (guitares, disques, manuscrits, ses chaussures de foot …), de photos inédites de sa vie familiale compliquée et pléthorique (9 enfants de 6 unions différentes + 2 enfants adoptés), de ses collaborateurs, ses amis, ses multiples rencontres exceptionnelles, sa vie aux côtés des rastafaries des quartiers délaissés du ghetto de Trench Town, ses combats, sa consommation immodérée de marijuana…

avec Mick Jaegger

En référence au « One Love Peace Concert » de 1978 à Kingston, la promenade traverse l’expérience multisensorielle de « The One Love Forest Room » : une balancelle et de coussins moelleux disposés à l’ombre d’une jungle luxuriante et humide typique des paysages des Caraïbes.

Un Juke Box des années 70 joue les grands succès de l’artiste et fait résonner cette musique militante devenue pour lui une mission.  

Le reggae accompagne chacun de vos pas le long d’immenses structures réalisées par des artistes de Street Art.

Le reggae fait vibrer sa légende au travers de mosaïques murales reflets de son parcours chaotique. On ne peut s’empêcher de fredonner « No woman no cry », « Get up ! Stand up » , toutes ces chansons hantées par les fantômes de l’esclavage, de l’asservissement des Africains emmenés dans ces îles dites du «  Nouveau Monde ». Des chansons qui ont soulevé une prise de conscience internationale sur les thèmes de l’humanité, l’amour, les préjugés raciaux, ses espoirs de changement, la survie de la culture africaine. Sa musique, c’est la mémoire populaire d’une lutte loin des émeutes pour combattre les inégalités économiques. C’est la spiritualité et la sensibilité d’un chanteur surgi du Tiers Monde pour devenir une légende planétaire.

Infos pratiques : l’exposition est ouverte jusqu’au 18 avril, Duke of York's HQ, King's Road, London, SW3 4RY

*Thank you for your help Steve !

Publicité - Pour consulter le média sans publicité, inscrivez-vous





Publicité