Publicité - Pour consulter le média sans publicité, inscrivez-vous





Publicité



La dégringolade des monnaies européennes va-t-elle durer ?
Photo by Maxim Hopman / Unsplash

La dégringolade des monnaies européennes va-t-elle durer ?

L'euro et les autres grandes devises européennes n'en finissent pas de sombrer face à un dollar à des plus hauts pluriannuels, dopé par son statut de valeur refuge et par le tour de vis de la politique monétaire américaine.

AFP
Membres Public


La guerre en Ukraine pousse aussi les investisseurs à délaisser les actifs européens, et l'euro perd 7% depuis le début de l'année, au plus bas depuis cinq ans et approchant la parité avec le dollar. La livre a chuté de 8% pour retomber à son niveau du plus fort de la pandémie, et le franc suisse de 7,5%. Cette dégringolade va-t-elle se poursuivre, et avec quelles conséquences ?

Pourquoi les devises européennes dévissent ?

L'invasion russe de l'Ukraine a provoqué un choc sur les marchés en février. Le dollar a profité de son statut de valeur refuge, recherché des investisseurs en période d'instabilité économique, tandis que les devises européennes ont souffert de leur proximité avec le conflit.


Plusieurs pays de la zone euro sont dépendants des importations d'énergie russe, et leurs économies seraient affectées par un embargo sur le pétrole de Moscou, que l'UE envisage. Mais la remontée du Covid-19 en Chine et les confinements qui en ont découlé pèsent aussi sur les devises européennes. "L'activité économique semble ralentir dans toutes les grandes économies, comme les échanges commerciaux", souligne Jonas Goltermann, économiste chez Capital Economics dans une note.


Il rappelle que l'euro est dépendant de "la croissance mondiale et de conditions financières souples". Or, comme l'économie américaine est moins affectée par les chocs économiques de la guerre en Ukraine et du Covid en Chine, la Fed peut se permettre de resserrer plus vite sa politique monétaire pour contrer l'inflation. Cela rend le dollar plus attractif, alors que la Banque centrale européenne (BCE) est divisée sur un relèvement de ses taux.

Cet article est réservé aux abonnements prémium

Abonnez-vous, £5 par mois ou £50 par an pour accéder aux articles Prémium et bénéficier d'avantages exclusif !


Plus d'infos
Vous avez déjà un compte? Se connecter

Publicité - Pour consulter le média sans publicité, inscrivez-vous





Publicité