Quantcast

Publicité - Pour consulter le média sans publicité, soutenez-nous





Publicité



Le cancer du sein : quoi de neuf ?

Le cancer du sein : quoi de neuf ?

Aujourd’hui, le cancer du sein touche plus de 50 000 patientes par an en France.

Rédaction

Du fait des progrès de la recherche et de la prise-en-charge, les ¾ en guérissent. A l’occasion de l’annuelle campagne de sensibilisation d’Octobre rose, Français à Londres fait le point sur les innovations thérapeutiques et la qualité du dépistage

Dr Frayret, vous êtes chirurgien, spécialiste des pathologies du sein et plus particulièrement des cancers, à quoi attribuez-vous ces très encourageantes statistiques ?


La qualité de dépistage et de diagnostic, la rapidité de la prise en charge et les innovations thérapeutiques permettent dans le cas des cancers localisés de guérir les patientes ; dans le cas - qui malheureusement existe encore, des cancers avancés (« métastatiques »), de réduire la progression de la maladie et des séquelles des traitement.
le diagnostic de plus en plus tôt, la qualité des appareils de mammographie , la sensibilisation organisée au dépistage permettent ainsi de traiter les femmes atteintes plus précocement avec des traitements moins mutilants et moins de séquelles.

La chirurgie des cancers localisés est le plus souvent conservatrice avec des techniques d’oncoplastie qui donnent de très bons résultats esthétiques même après la radiothérapie. Lorsqu’il y a lieu d’enlever le sein (mastectomie) cela ne signifie pas obligatoirement que la forme est grave mais le plus souvent que les cellules sont disséminées dans le sein. Il est alors préférable de prévenir une récidive en enlevant la totalité. Cette intervention peut être suivie immédiatement ou non, par une reconstruction mammaire qui utilise des implants ou les tissus natifs ou encore la graisse prélevée par aspiration au niveau d’autres parties du corps (lipofilling ).
Ces techniques ont considérablement évolue depuis 20 ans et sont proposées très largement, diminuant ainsi les séquelles psychologiques d’une mutilation liée au cancer du sein.

La chirurgie comporte également un geste sur les ganglions du creux axillaire qui inquiète souvent beaucoup les patientes. Là aussi, il ne s’agit plus de l’ablation totale de la chaine ganglionnaire (curage axillaire) mais d’un a deux ganglions sentinelles, limitant ainsi considérablement les séquelles (gros bras, douleurs, névralgies,…)
L’analyse de la tumeur et les tests génomiques (oncotype, mammaprint) permettent actuellement d’établir un « code barre » tumoral ou signature génomique pour définir le choix des traitements. Certains cancers sont dits « génétiques »(mutations BRCA ). Leur diagnostic a permis de surveiller et de prévenir leur survenue chez ces patientes à très haut risque.

En 2021, les traitements sont personnalisés. Il n’y a pas UN cancer du sein mais DES cancers du sein qui doivent être pris en charge en fonction de la spécificité de la malade. Il s’agit donc ici de désescalade thérapeutique en matière de chimiothérapie, mais également en ce qui concerne la radiothérapie. La technologie moderne permet des prises en charge plus ciblées notamment dans les cas complexes évitant ainsi l’irradiation collatérale et l’exposition aux rayons. Ainsi, le nombre de séances (25 sur 5 semaines) est passé à 16 sur 3 semaines (à partir de 60 ans en France et 45 ans en UK).
Concernant les traitements médicaux, la chimiothérapie peut être couplée à l’immunothérapie dans certains types de cancers. Dans le cas des cancers avancés , les thérapies ciblées sont très efficaces et très bien tolérées , permettant d’augmenter la survie des patientes. Elles réduisent les effets déletères des chimiothérapies préalablement utilisées au long cours. L’hormonothérapie qui peut être prescrite dans 70% des cas permet également d’éviter la récidive.


En conclusion, la personnalisation des traitements et la désescalade thérapeutique sont la tendance actuelle permettant de cibler davantage la prise en charge.  Elles présagent de la guérison et l’absence de récidive ainsi que la diminution les séquelles physiques et psychologiques


Dr Christine FRAYRET
Chirurgien du sein, breast oncoplastic surgeon consultant
81 Harley Street W1G8PP

Publicité - Pour consulter le média sans publicité, soutenez-nous





Publicité