Publicité - Pour consulter le média sans publicité, inscrivez-vous





Publicité



Publicité en ligne: Bruxelles et Londres ouvrent une enquête sur l'accord Google-Facebook
Photo by Jon Cellier / Unsplash

Publicité en ligne: Bruxelles et Londres ouvrent une enquête sur l'accord Google-Facebook

La Commission européenne et l'Autorité britannique de la concurrence ont annoncé vendredi enquêter sur l'accord conclu en 2018 par les géants américains de l'internet Google et Meta (Facebook) dans la publicité en ligne, soupçonné de leur offrir un monopole illégal.

AFP
Membres Public


Cet accord, baptisé "Jedi Blue", est déjà depuis 2020 dans le collimateur de la justice américaine, les deux groupes étant accusés d'avoir conclu une entente "illégale" pour asseoir leur domination sur le marché de la publicité numérique en évinçant toute concurrence via leurs enchères publicitaires.


De même, Bruxelles et Londres soupçonnent Facebook et Google d'avoir manipulé le système ultra-perfectionné qui détermine quelles publicités s'affichent sur les pages web en fonction du profil de l'internaute - potentiellement un accord anti-concurrentiel ou un abus de position dominante.

La Commission, gardienne du marché intérieur de l'UE, et le gendarme britannique de la concurrence (CMA) ont chacun annoncé, dans des communiqués distincts, l'ouverture d'une enquête visant les géants californiens, et assuré
qu'ils collaboreraient "étroitement" l'un avec l'autre. "Si notre enquête le confirme, cela signifierait qu'ils faussent la concurrence sur un marché déjà très concentré, au détriment de leurs rivaux, des éditeurs (de contenus) et finalement des consommateurs", a indiqué la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager. "Nous sommes préoccupés par le fait que Google se soit associé à Meta pour mettre des bâtons dans les roues des concurrents qui fournissent aux éditeurs d'importants services de publicité en ligne", ce qui complique l'entrée sur le marché de petites entreprises et "peut réduire le choix des clients", a abondé Andrea Coscelli, directeur général du CMA. "L'ouverture d'une enquête formelle ne préjuge pas de son issue", rappelle Bruxelles.

Ce contenu est réservé aux abonnements prémium

Abonnez-vous, £5 par mois ou £50 par an pour accéder aux articles Prémium et bénéficier d'avantages exclusif !


Plus d'infos
Vous avez déjà un compte? Se connecter

Publicité - Pour consulter le média sans publicité, inscrivez-vous





Publicité